Bon cadeau – La Cour des Miracles : visite du côté sombre de Paris

Prix : 15€

Autour de l’actuel quartier du Sentier, aux limites anciennes d’un Paris enclos par le mur de fortification du roi Charles V, s’est agglomérée au cours des siècles une étrange communauté bigarrée d’étudiants et de bandits, de prostituées et de jongleurs.
Leur fief, l’histoire le retient sous le nom de “Cour des Miracles”. Il servait de coulisse au fourbe spectacle que chaque jour ils mettaient en scène au cœur de la ville.
Vivant de leurs rapines qu’ils s’empressaient de partager le soir venu dans un feu de joie, ils furent vite stigmatisés par une société qui commence à criminaliser la pauvreté et à enfermer dans des “dépôts” toute personne errante dans la ville, au même moment où Louis XIV centralise la justice.
Aux frontières d’une ville et de son histoire, laissez-vous escorter par le “Roi de Thunes” et par les faux mendiants, par les ensorceleuses et le langage crypté de la prostitution parisienne, au cœur de ce qui s’écrit comme un carnaval du pouvoir où toutes les normes et les lois sont inversées.

INFOS PRATIQUES :

  • Localisation : Quartier du Sentier
  • Heure de départ :
    • en semaine : 20h00
    • samedi et dimanche : 16h00
  • Durée : 1h30
  • Météo : La visite est maintenue les jours de pluie

Précisez le nombre de personnes à inscrire sur le bon cadeau :

A PROPOS DE L’INTERVENANT :

Rencontrer Nadia, c’est prendre un ticket pour le monde poétique de l’imaginaire.
Historienne d’art de formation, conférencière et écrivain elle se passionne particulièrement pour l’invisible et l’imaginaire, mais également par l’alchimie et l’illusionnisme, qui orientent son regard sur le monde et dont elle nourrit ses recherches.
Elle s’attache à une histoire de Paris originale  et engage depuis plusieurs années un travail d’érudition poétique autour des rues disparues de Paris, des corporations secrètes et de leurs jargons, des miracles qui ont cours en ces cours itinérantes de l’imaginaire.
Paris devient oracle, fulguration, théâtre…
Comme anciennement les enseignes des tavernes -avant la tardive numérotation des rues- déployaient des énigmes visuelles qui comme la langue des oiseaux des alchimistes cryptaient le sens en jeu d’image et faisait de Paris une allégorie vivante, un rébus chantant: la ville devient par l’enchantement du dialogue des temps mêlés, un cabinet de curiosités à ciel ouvert.